Quel système antichute choisir pour garantir la sécurité lors d’un travail en hauteur ?

aymen 02/07/2019

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page n'a pas encore été notée, soyez le premier à la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


Travailler en hauteur implique des risques corporels majeurs, notamment des chutes dans le vide. Comment sécuriser les toitures et protéger les employés travaillant en hauteur pour leur permettre d’œuvrer dans des situations à moindre risques ? En leur proposant des équipements de protection dotés de systèmes antichute.

Protections individuelle ou collective ?

La sécurisation des employés travaillant en hauteur et plus particulièrement sur les toitures peut être effective selon deux méthodes : la protection individuelle et la protection collective. La sécurité individuelle permet de sécuriser les personnes équipées d’un système de protection antichute : harnais et longes connectés à des lignes de vie câble, système d’ancrage… Mais elle présente l’inconvénient de protéger uniquement les personnes qui ont adopté l’un de ces dispositifs.

La protection collective permet de protéger de façon simultanée et globale, l’ensemble des intervenants œuvrant dans une zone dangereuse. C’est donc cette méthode qui est à privilégier pour la protection des intervenants travaillant en hauteur, notamment sur les toitures. En outre, les garde-corps représentent le dispositif le plus utilisé pour assurer la protection collective.

Le garde-corps, système antichute incontournable

Généralement réalisé en aluminium pour sa longévité, le garde-corps prévient les chutes accidentelles depuis les toitures. Le garde-corps offre en effet une barrière de protection à l’ensemble des employés travaillant en hauteur, tout en délimitant le périmètre dangereux. Adaptable selon les besoins, il peut être rabattable, en version droite ou coudée, autoportant pour éviter le percement de la toiture ou le démontage de la couvertine (élément de protection et d’étanchéité), sur acrotère ou sur bac acier…

Parmi les dispositifs de protection collective, citons également les grilles de protection. Leur robustesse et maillage serré empêchent la chute d’une personne ou d’un objet à travers un lanterneau ou un translucide.

Le travail en hauteur et la loi

Le travail en hauteur est règlementé par le Code du travail : des obligations incombent en ce sens aux employés, employeurs, maîtres d’œuvre et propriétaires de bâtiment. Selon l’article L230-3 du Code du travail, un travailleur en hauteur est un utilisateur d’équipement de protection individuelle (E.P.I.) qui doit protéger sa sécurité et sa santé, en fonction de sa formation et selon ses possibilités.

D’après l’article L4211-1 du Code du travail, le maître d’œuvre doit prévoir dès l’élaboration de ses plans, des dispositifs de sécurité antichute adaptés pour les travailleurs en hauteur. L’employeur doit aussi permettre à ses employés de se former gratuitement et d’utiliser des systèmes et équipements de sécurité antichute individuels ou collectifs dédiés, comme les garde-corps. En effet, l’article R4511-6 du Code du travail prévoit que « chaque chef d’entreprise est responsable de l’application des mesures de prévention nécessaires à la protection des travailleurs qu’il emploie. »

Le propriétaire d’un immeuble doit également permettre aux personnes de circuler en toute sécurité dans son bâtiment, par une mise à disposition d’équipements de protection et de sécurité antichute. Enfin, le règlement 2016/425 relatif aux E.P.I. instaure de nouvelles règles dans toutes les formes d’approvisionnement en E.P.I., pour instaurer des niveaux de pratique élevés en matière de santé et sécurité. Les systèmes antichute sont concernés par cet acte législatif.

//

Poser une question ou réagir à cet article