5 conseils pour négocier son hypothèque

MediaC 05/05/2017

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page n'a pas encore été notée, soyez le premier à la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


Plusieurs prêts bancaires vont voir leur échéance se terminer cette année. Il est, de ce fait, naturel de craindre l’augmentation des intérêts. Fort heureusement, les professionnels de la finance sont là pour nous proposer leurs conseils.

Réserver son taux à l’avance

Quasi, toutes les banques allouent ce type de prestation. Mais pour qu’il soit valide, autant le faire avant l’échéance prévue. Certaines entités proposent une réservation de dix-huit mois à l’avance. Toutefois, les tarifs sont assez élevés. Roland Bron nous conseille ainsi de le faire dans les douze mois qui précèdent la date butoir. L’initiative est par ailleurs assez risquée. En effet, d’habitude, on ne peut pas deviner si les taux augmenteront l’année qui suit. Aucune garantie n’est donnée. Par ailleurs, si la situation est flagrante, la prime, qui est généralement peu coûteuse pourrait valoir une petite fortune.

Jouer la sécurité avec le taux Libor

Le choix d’un taux Libor se justifie en deux points : le coût ainsi que la sécurité financière à long terme. Les emprunteurs s’engagent alors à adhérer aux éventuelles variations de taux possibles. Si le taux du marché croît, le taux Libor devient fixe. Le cas contraire, lui, n’existe pas. Calculer la mensualité d’un prêt hypothécaire évoquerait des économies qui s’élèvent jusqu’à 58 593,46 euros en 10 ans. Toutefois, c’est la stabilité de taux qui intéresse le plus. Il ne risque pas d’augmenter, aussi longtemps que les taux ne surpasseront pas 0 %.

Négocier son hypothèque permet de réduire la dette

En renégociant son hypothèque, l’on bénéficie d’une réduction de dette. C’est l’amortissement direct. La somme est pourtant faible par rapport à l’enjeu, mais cela en vaut le coup. Par ailleurs, le cas n’est pas similaire lorsqu’on choisit l’amortissement indirect. Si l’on désire jouir d’une réduction, il est ainsi préconisé de diminuer sa dette en vidant tous les 5 ans, son 3e pilier. En effet, effectuer un retrait de 30 461 euros trois fois vaut mieux que retirer 92 319 d’un seul coup et tardivement.

Comparer les offres hypothécaires

Pour optimiser son bénéfice dans la négociation d’hypothèque, il est conseillé de jouer sur des produits concurrentiels. On a alors les banques d’un côté, puis les assurances de l’autre. Pour jouir de la meilleure offre, internet dispose des comparatifs en ligne. On peut également faire appel à un conseiller. Toutefois, l’idéal serait de dénicher une banque qui accepterait le transfert d’hypothèque en tranche.

Penser à son futur

Toujours du côté des emprunteurs, il va falloir réfléchir à ce que l’on projette à moyen terme. Si cela est flou, il serait peut-être déplacé de fixer un taux à longue échéance. En effet, rares sont les banques qui acceptent l’arrêt d’un contrat en cours. D’ailleurs, les pénalités relatives sont importantes.

 

//

Poser une question ou réagir à cet article