Les seconds œuvres en construction neuve : en quoi consistent-ils?

Nathalie-Silvin 07/01/2022

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page n'a pas encore été notée, soyez le premier à la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


En fonction de leur lourdeur et de leur complexité, les travaux de maçonnerie sont classés selon qu’il s’agit de « gros œuvres » ou de « seconds œuvres ». Les premiers comprennent les opérations et les structures qui garantissent la solidité de la nouvelle construction. Quant aux seconds œuvres, ils rendent celle-ci habitable. Mais en quoi consistent-ils réellement ? C’est justement ce que l’on va découvrir dans les lignes qui suivent.

Les « seconds œuvres » : de quoi s’agit-il?

Les seconds œuvres comprennent l’ensemble des opérations qui succèdent aux travaux de gros œuvres. Bien que leur réalisation n’ait aucun impact sur la stabilité et la solidité de la structure, elle doit se faire minutieusement. D’ailleurs, le recours aux services d’un maçon professionnel est préconisé.

Également appelés « petites œuvres » ou « œuvres légères », les travaux de second œuvre sont effectués afin de garantir l’habitabilité d’une maison en construction. À ce titre, ils sont destinés à assurer le confort des résidents et à leur conférer une qualité de vie optimale. En fin de compte, on peut les assimilés à ce que l’on appelle « travaux de finition ». Comme susmentionnés, ils débutent dès lors que les gros œuvres sont achevés.

À titre d’information, certains travaux de seconds œuvres nécessitent l’intervention d’un spécialiste. C’est notamment le cas des travaux d’électricité, de plomberie ou encore de menuiserie.

Enfin, les seconds œuvres n’ont pas vocation à durer longtemps. À la différence des gros œuvres qui sont des éléments structurels de la maison, ils doivent faire l’objet d’une rénovation ou d’une réfection au bout d’un certain temps.

Quels sont les travaux qualifiés de « seconds œuvres »?

Les travaux de seconds œuvres peuvent revêtir différentes natures. Dans tous les cas, il est conseillé de faire appel à un maçon professionnel pour leur réalisation. Concrètement, les seconds œuvres sont relatifs aux :

Travaux d’isolation thermique et phonique

Il est essentiel de mettre la nouvelle construction à l’abri du froid et de l’humidité. Pour cela, il importe d’isoler les murs et la toiture. Ces travaux impliquent également l’installation des appareils de chauffage et de la climatisation.

En outre, les travaux d’isolation préservent la maison des nuisances sonores qui proviennent de l’extérieur. C’est le cas des bruits occasionnés par la circulation routière ou encore par le voisinage.

La pose des différents revêtements

La mise en place des différents revêtements fait partie des travaux de finition. Elle est destinée à embellir la construction neuve. À cet effet, elle implique les travaux de peinture extérieure, la pose des carrelages du sol et des matériaux pour agrémenter les murs intérieurs. Dans le choix des revêtements de vos murs extérieurs, sachez que vous devez tenir compte des exigences du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de votre localité. Vous pouvez consulter ce document soit auprès de votre mairie, soit en ligne.

La construction des cloisons de séparation

Les cloisons ne sont pas des éléments porteurs. Au besoin, on peut donc les démolir. Elles servent principalement à délimiter les pièces de la maison. Pour cela, on peut recourir à différents types de matériaux (ex. : plaques de plâtres, bois, briques de verre, etc.).

Les autres travaux de seconds œuvres

Les seconds œuvres comprennent également d’autres travaux comme la construction des escaliers, l’installation du système électrique, les travaux de plomberie, les travaux de menuiserie ainsi que la mise en place du chauffage et de la climatisation.

//

Poser une question ou réagir à cet article