Les différents frais affiliés à l’achat immobilier

Amrani 08/06/2018

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page a été notée 1 fois avec une moyenne de 5,00 sur 5. Vous pouvez vous aussi la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


Même si le marché immobilier est en pleine tension de nos jours en Europe, certains hésitent tout de même à accéder à la propriété et à se lancer dans les placements dans la pierre. Et pour cause, outre le prix du bien en lui-même, la transaction engage des frais supplémentaires que l’on a souvent tendance à oublier jusqu’à ce que l’on nous mette devant le fait accompli. Voici notamment ces différents frais affiliés à l’achat d’un bien immeuble.

Les commissions des agences et mandataires immobiliers

Si vous faites appel à un courtier immobilier, deux cas peuvent se présenter. Soit vous aurez à payer une commission qui varie au cas par cas et qui fixe sur un pourcentage du prix total du bien, soit vous n’aurez pas à régler les frais d’agence. Tout dépend en fait du contrat que vous avez passé.

Généralement, pour information, si vous demandez l’aide d’une agence pour la recherche et les négociations, les frais de commissions vont au propriétaire. Au contraire, si vous avez un mandataire ou un chasseur comme allié, ce dernier ne s’engage qu’envers vous uniquement et non envers des propriétaires qui vendent leur bien. En ce sens, vous devriez aussi vous charger de leur frais de commission.

Attention, on ne compte pas dans lesdits frais de commissions d’agence les droits de visite. Ces derniers sont à régler à chaque rendez-vous et pour chaque bien immeuble que vous allez voir. Ils fluctuent notamment selon la propriété et selon les courtiers.

Les frais de notaires

En seconde position des dépenses incontournables dans une transaction de vente et d’achat immobilière, on retrouve notamment les frais de notaires. Depuis quelque temps, on a assisté à une augmentation de ces dernières vues à une modification des droits d’enregistrement des propriétés auprès des mairies.

Les frais de notaires sont, selon la loi, de la prérogative obligatoire des acheteurs. Ils coutent 8 % du prix total du bien dont seuls 3 % revienne au Notaire. Le reste sera reversé pendant les démarches administratives.

Attention, les frais de notaires n’interviennent pas uniquement après la rédaction et la signature des contrats de vente. Dès la promesse et le compromis de vente, un passage chez ce genre de professionnel est utile pour donner force légaux au document.

Les TAEG des crédits immobiliers

Et bien évidemment, on ne peut oublier le TAEG des crédits immobiliers. Les banques ne prêtent pas gratuitement leur capital sous prétexte que vous avez des garanties solides. Non seulement vous aurez des taux mensuels, mais des pénalités et des frais d’hypothèques, voire des frais d’assurances qui viendront alourdir les mensualités. Ce sont des charges en plus du capital à rembourser que vous devez prendre en compte.

Le TAEG, ou Taux Annuel Effectif Global varie au cas par cas. Il ne dépend pas uniquement des banques, mais aussi de la durée du contrat de prêt et du montant emprunté. En faisant une simulation en ligne et en comparant les offres des établissements, vous aurez plus de chance de réduire ces charges. Et c’est d’autant plus important que les contrats de crédit immobilier vous engagent jusqu’à leur parfait remboursement. Au risque d’être fiché dans les incidents bancaires et de perdre son hypothèque, prendre le temps de bien choisir son contrat est de mise.

Pour information, dans le but d’avoir un crédit modique, avec un TAEG pour le moins attractif, s’adresser aux banques en ligne est une bien meilleure option. Et pour cause, auprès de ces établissements, vous n’aurez pas de frais de dossier à payer et que des pénalités de remboursement anticipé minimes. Ce qui impactera bien évidemment sur le coût total du crédit et de votre investissement immobilier.

 

//

Poser une question ou réagir à cet article