Conseils pour choisir un terrain afin de construire sa maison

RemyT 19/02/2019

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page n'a pas encore été notée, soyez le premier à la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


Vous avez décidé de faire bâtir la maison de vos rêves ? Très bien. Reste à acheter un terrain. Quelques précautions s’imposent pour éviter des sérieuses contrariétés.

A défaut de trouver sur le marché le logement idéal, vous optez pour une alternative : faire construire ! Que vous fassiez appel à un promoteur proposant du « clef en main » ou un architecte indépendant, la première étape est donc de choisir un terrain.

Attention au PLU

Si vous avez repéré une parcelle intéressante, le conseil de base avant d’entamer une quelconque négociation avec le vendeur est de consulter en mairie le Plan local d’urbanisme (PLU) et de solliciter un certificat d’urbanisme (CU) concernant le terrain en question.

Le CU permet de savoir s’il existe d’éventuelles servitudes (droit de passage par exemple), si la commune elle-même peut faire valoir un droit de préemption, de connaître le régime des taxes locales en vigueur, ou encore les équipements publics à disposition.

Quant au PLU, révisé régulièrement, il délivre des informations importantes sur l’avenir à court et moyen terme de l’environnement et du voisinage. Si une zone proche est appelée à accueillir d’autres habitations (et de quelle nature) voire des commerces ou équipements collectifs (école ou gymnase). Renseignez-vous enfin sur le passé du terrain que vous avez repéré : s’il s’agit d’une friche industrielle, des contraintes sévères sont à prévoir.

La fiscalité et les charges

Bien évidemment, cette enquête préalable doit comprendre les coûts financiers à venir : les taxes foncières et d’habitation que vous aurez à régler au fil des ans mais aussi, les frais que vous devrez supporter en termes d’acheminement et de branchement de gaz, d’électricité, d’eau et d’assainissement… Il peut advenir que le terrain soit déjà relié à tout ou partie d’un réseau (on parle alors de terrain « viabilisé »). Mais si ce n’est pas le cas, notamment dans des zones isolées, assurez-vous que les organismes publics ou privés ne vont pas facturer ces raccordements à des tarifs qui vous feront regretter de ne pas avoir opté pour une parcelle classique dans un lotissement communal…

Penser au futur

Parmi les critères qui vous ont fait « flasher » sur un terrain, son exposition et la vue. Attention toutefois aux terrains en pente qui nécessitent des fondations plus conséquentes au moment de la construction car les maisons sont alors plus sensibles au ruissellement… et aux périodes de sécheresse.

N’hésitez pas non plus à bien évaluer la nature du sous-sol en faisant appel à un expert. Des roches peuvent compliquer les travaux.

Enfin, comme dans un achat immobilier classique, n’oubliez pas de penser à l’avenir à moyen et long terme. Quel sera le potentiel de revente ou, dans un autre domaine, quelles seront les possibilités de scolarisation pour vos enfants, les troubles liés à la circulation automobile et si vous le pouvez, programmez des visites préalables en semaine et le week-end. Comme le précise le réseau immobilier La Résidence, certaines nuisances apparaissent alors au grand jour parfois…

//

Poser une question ou réagir à cet article