Tout ce qu’il faut savoir sur l’isolation phonique du plafond

Nathalie-Silvin 01/12/2020

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page n'a pas encore été notée, soyez le premier à la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


Avec les bruits de pas, les chutes d’objets, la radio ou la télévision à fond, les nuisances sonores provenant des voisins du dessus peuvent être difficiles à supporter. Afin de prévenir ce type de désagrément, l’isolation phonique du plafond s’impose. Mise au point.

Pourquoi procéder à l’isolation acoustique du plafond ?

Le bruit figure parmi les nuisances pouvant être désagréables pour tout le monde. Dans la vie de tous les jours, le plafond peut parfois donner l’impression que l’on vit dans la même pièce que ses voisins du dessus. Afin de préserver le calme, le bien-être et le confort de vie au sein de son foyer, l’isolation phonique du plafond s’impose. D’ailleurs, il convient de savoir que la réglementation indique l’atténuation du bruit extérieur à raison de 30 dB au minimum dans les travaux de construction neuve ayant un niveau sonore compris entre 60 et 65 dB. Pour les édifices qui se trouvent dans les parties fortement bruyantes comme celles se situant à proximité d’une voie ferrée, un aéroport ou encore une autoroute, il faut réduire le niveau à 45 dB.

Certes, le prix plafond acoustique peut être coûteux, mais un tel investissement en vaut vraiment la peine. Ici, le but est d’atténuer la propagation des nuisances extérieures, mais pas seulement. Ce type de travaux contribue également à l’amélioration partielle de l’isolation thermique du logement. Par la même occasion, on réduit la consommation énergétique en chauffage. Dans ce cas de figure, si l’opération est effectuée par un professionnel RGE, les propriétaires peuvent bénéficier des avantages fiscaux et des aides financières octroyées par l’État. Néanmoins, l’isolation phonique limitée uniquement au plafond ne donne pas un impact réel. Il faudra aussi recourir à l’isolation phonique des murs, du sol et des ouvertures.

Isolation acoustique du plafond : comment procéder ?

Pour tous ceux qui vivent en appartement, la pose de plafond acoustique est la solution la plus répandue lorsqu’il s’agit d’isoler le plafond. Pour sa mise en place, le professionnel met une ossature métallique suspendue avec des fixations anti-vibratiles. Il utilise dans ce cas un isolant phonique au rouleau ou en panneau. Lors de l’achat, il convient de privilégier les isolants denses et fibreux. Ces modèles ont le mérite de posséder un coefficient d’absorption acoustique élevé. C’est, par exemple, le cas des laines de roche et des laines de verre. Le chantier se termine par une finition en plaques de plâtre. Ce qui permet, non seulement, de recréer les plafonds, mais aussi de perfectionner l’isolation.

L’autre solution consiste à intervenir directement à la source, c’est-à-dire en isolant le sol à l’étage si possible. C’est une solution simple et peu onéreuse qui permet d’atténuer considérablement les nuisances sonores. Elle est surtout indiquée pour les personnes qui vivent dans une maison, mais peut être compliquée en appartement. Il suffit, en effet, de choisir un revêtement susceptible d’adoucir les bruits. Il s’agit, entre autres, du linoléum, du sol PVC ou encore de la moquette. Sur le sol moins absorbant comme le parquet et le carrelage, la mise en place d’une chape légère associée à une sous-couche acoustique disposée sous le nouveau revêtement permet d’obtenir un résultat optimal.

Comparer gratuitement des devis pour vos travaux

//

Poser une question ou réagir à cet article