Le BTP, un secteur exposé aux risques

Amrani 14/02/2015

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page a été notée 1 fois avec une moyenne de 5,00 sur 5. Vous pouvez vous aussi la noter.
Loading...

Estimez gratuitement vos travaux en ligne
Vous recevrez immédiatement une estimation exacte du coût de vos travaux ainsi que des exemples de devis.


BTPLe BTP est le secteur d’activité présentant le plus haut niveau de risque. Si on observe une diminution des accidents et des accidents mortels, le nombre de maladies professionnelles et des affections périarticulaires sont en hausse, selon une étude de l’Assurance Maladie Risques Professionnels.

Le secteur du bâtiment et travaux publics représente 8.6% de la masse salariale française. S’il est l’un des plus importants de notre activité économique, il comptabilise à lui seul 18% des accidents avec arrêt de travail et près de 30% des décès.

Un secteur à haut risque

Le BTP est un secteur qui enregistre encore aujourd’hui un taux très élevé d’accidents du travail qualifiés de graves. Les maladies professionnelles touchent également de plein fouet ce secteur difficile. Le secteur du bâtiment a identifié 4 grands facteurs de risques à savoir les chutes de hauteur et de plain-pied, les risques liés aux manutentions manuelles, l’organisation et l’hygiène sur le lieu de travail et l’exposition aux substances chimiques et CMR.

Les salariés de la construction sont donc plus exposés aux accidents du travail avec deux fois plus d’arrêts de travail que la moyenne nationale et un accident mortel sur quatre dans ce secteur est lié à une chute de hauteur.

Les conditions de travail des ouvriers

Les ouvriers du bâtiment sont soumis à des contraintes physiques parfois importantes et à de nombreux facteurs de risques.

Ils doivent ainsi faire face à des conditions climatiques parfois difficiles. En effet, plus d’un ouvrier sur trois travaille à l’extérieur plus de 20 heures par semaine.

Les ouvriers font également face à des situations de travail fatigantes comme le travail debout, les déplacements à pieds, les postures pénibles…ce qui entraîne des contraintes pour le dos ou les articulations des membres (ce qui entraîne souvent de l’arthrose et autres maladies articulaires).

Nombreux sont ceux qui doivent porter quotidiennement des charges lourdes. Ce sont 63% des ouvriers des travaux publics qui portent des charges plus de 2h par semaine. Les ouvriers pratiquent également des gestes répétitifs plus de 10 heures par semaine. Les outils transmettant des vibrations peuvent également faire souffrir les travailleurs du BTP.

perforateurLe bruit est également une source de risque. Entre les machines, les engins…les métiers du BTP peuvent être très bruyants, avec une source très proche des travailleurs (marteau-piqueur, perforateur burineur…)

Comment réduire ces risques ?

Les démarches de prévention permettent de réduire fortement ces risques. Des campagnes et des services de prévention interviennent dans le secteur depuis plusieurs années. Le nombre d’accidents a ainsi diminué depuis les années 90, même s’il reste élevé.

Pour améliorer la prévention des risques, la branche Accident du travail de la Sécurité Sociale a lancé plusieurs programmes de gestion du risque professionnel.

Ainsi, depuis 2011, les entreprises ont l’obligation légale de réaliser ou d’actualiser un document d’évaluation des risques professionnels à destination des salariés.

Parmi les outils les plus utilisés dans les entreprises pour réduire les risques, on compte la formation des collaborateurs et l’affichage en interne des consignes d’utilisation du matériel ou de la protection individuelle (chaussures de sécurité, casque de chantier, harnais de sécurité…).

La prévention des risques a donc bel et bien progressé ces 30 dernières années, même s’il reste encore du chemin à parcourir.

Les professionnels et les entreprises peuvent se fournir en EPI dans des magasins physiques ou en ligne.

Comparer gratuitement des devis pour vos travaux

//

Poser une question ou réagir à cet article